L’épilepsie et le cru

L’épilepsie et le cru

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

Ce sujet me tient particulièrement à cœur car il est à l’origine de la création de ce blog. Il était donc évident pour moi d’écrire un article, et de vous transmettre les informations que j’ai pu rassembler

L’épilepsie est une maladie neurologique liée à des décharges anormales au sein des réseaux de neurones, se manifestant par des crises brèves modifiant l’état de conscience et associées ou non  à des phénomènes moteurs, sensitifs, sensoriels

fiche_neuro_crise-epileptiforme_FR

 

Les différentes formes d’épilepsie

  • Epilepsie essentielle ou primaire ou idiopathique : C’est la forme la plus fréquente. Son origine est inconnue et aucune anomalie cérébrale ou métabolique n’est détectée. Etant souvent héréditaire on peut suspecter des causes génétiques
  • Epilepsie cryptogénique : son origine est suspectée mais les moyens de diagnostic actuels ne permettent de la mettre en évidence. Toutefois, avec le progrès de l’imagerie médicale, cette forme est moins fréquente
  • Epilepsie réactionnelle : ce sont des crises convulsives qui surviennent suite à une pathologie ou l’ingestion d’un produit toxique
  • Epilepsie symptomatique : les manifestations de crises répétées sont dues à une affection cérébrale : lésion, malformation, tumeur, infection, inflammation …

 

L’alimentation

Le cerveau est une formidable machine qui a besoin d’être alimenté pour bien fonctionner.  Déjà pendant l’Antiquité, les hommes savaient que leur alimentation pouvait agir sur ces crises, en pratiquant le jeûne intermittent et en adoptant un régime cétogène, faible en glucides et riches en protéines et graisses.

En 2014, une étude menée par des chercheurs de l’Université McGill (Montréal) et de l’Université de Zurich a mis en évidence l’influence de l’alimentation « sur le métabolisme des cellules du corps et en particulier celui des cellules nerveuses » (source)

Selon un article paru dans la revue de presse de l’Université McGill :

[…]Les conclusions de cette étude pourraient expliquer pourquoi l’adoption d’un régime alimentaire spécial permet de maîtriser les crises épileptiques chez de nombreux patients.[…] les auteurs révèlent que le métabolisme régit les processus qui inhibent l’activité cérébrale, notamment ceux qui interviennent dans les crises convulsives. Les chercheurs ont découvert un lien entre la façon dont les cellules cérébrales génèrent de l’énergie et transmettent de l’information – des processus que de nombreux neuroscientifiques croyaient distincts et indépendants.

 

Pour nos chiens et chats, l’alimentation industrielle apparaît comme un facteur aggravant dans l’épilepsie essentielle. En effet les glucides créent une  « hyperexcitabilité et une mise en réseau de cellules cérébrales » (Pr Rima Nabbout) (source). Mais il ne faut pas négliger pour autant le facteur génétique.

Le régime cétogène, riche en TCM (Triglycérides à Chaîne Moyenne) et pauvre en glucides, apparaît alors comme étant une solution pour diminuer la fréquence des crises. Le principe de cette alimentation est de supprimer l’apport de glucose provenant des glucides (principale source d’énergie des cellules de l’organisme humain), pour que le corps utilise les lipides et produise alors des corps cétoniques utilisés par le cerveau : c’est la cétose.

Or le Prey Model propose déjà une alimentation biologiquement adaptée, puisqu’il est composé de viandes, d’os charnus, d’abats et de poissons, riches en acides aminés et ne contenant :
– aucune céréale pourvoyeuse de glucides complexes pouvant occasionner une hyperglycémie, déclencheur de crise
– aucun gluten ni caséine (protéine du lait) connus pour stimuler les récepteurs aux opiacés dans le cerveau, augmentant les risques de convulsions
– pas de soja exacerbant les crises épileptiformes

On notera aussi que la taurine, présente dans les viandes, le cœur et la cervelle, est un élément important de l’alimentation, car elle a un rôle de neurotransmetteur
L’apport d’omégas 3 a également démontré son efficacité dans la réduction des crises, car ils possèdent des propriétés anticonvulsivantes.

 

En pratique

– Des morceaux entiers pour préserver la taurine
– Des viandes grasses et rouges : bœuf, porc, canard, mouton / agneau
– Des os charnus
– Du poisson gras pour l’apport en omégas 3 : hareng, maquereau sardine, saumon, truite
– Des abats pour leur apports en vitamines

 

 

Enfin, cet article ne prétend pas que l’alimentation pourra guérir votre animal. Il a pour but de vous aider à concilier la pathologie dont il souffre et l’alimentation crue. Je vous enjoins vivement à effectuer un suivi strict de votre chien auprès d’un professionnel ayant une opinion positive sur cette alimentation, et  de préférence, ayant une approche holistique de la médecine vétérinaire, c’est à dire une vision globale de l’animal et de sa santé dans laquelle s’inclue l’alimentation. Certains médicaments peuvent avoir une incidence sur l’absorption de certaines vitamines, votre praticien sera donc susceptible de vous prescrire des suppléments.
Il existe aujourd’hui de nombreux traitements conventionnels ou homéopathiques. Parlez en avec votre praticien et suivez ses indications.  Les crises épileptiformes ne doivent pas être prises à la légère

 

 

Plus d’informations

Epilepsie

Epilpsie 2

Purina

L’épilepsie essentielle chez le chien

L’épilepsie et ses crises chez le chien

L’épilepsie chez le Rhodésian Ridgeback

Epilepsie canine

Le syndrome de Tom et Jerry chez le chat

Le syndrome Tom Et Jerry en GB et aux USA

Epilepsie féline

Les controverses biochimique du régime cétogène chez l’homme

Régime cétogène et épilepsie

Epilepsie et diabète

Régime à index glycémique bas et épilepsie

TCM et épilepsie 

Supplémentation en TCM

Ces glucides qui menacent notre cerveau

 

 

 

 

© 2019, Carole M.. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.