La panse verte

La panse verte

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

[Edition du 29 Octobre 2019]

Un peu d’anatomie

La panse verte ou rumen, est un des 4 estomacs des ruminants qui sert de chambre de fermentation

 

13096324_167568673638920_876558750489861772_n
Appareil digestif d’une vache

 

Comment ça marche ?

L’animal broute de l’herbe qui tombe dans le réseau (le bonnet) puis dans la panse. Et la rumination commence : les végétaux sont alors renvoyés dans la bouche et mastiqués pendant de longues heures, durant lesquelles les herbes sont broyées en petits brins. A la fin de la mastication, l’herbe ainsi réduite retourne dans la panse où elle est attaquée par tous les micro organismes qui permettent la fermentation des végétaux et la digestion de la cellulose.

 

Les apports nutritionnels de la panse verte

L’analyse d’un échantillon de panse verte (n° #G9716346) réalisé par le laboratoire WoodsonTenent LaboratoriesInc. à Gainesville dans l’état de Georgie (USA), montre que le ratio phosphore calcium est de 1:1 ce qui est idéal pour le chien. Le pH global est plutôt acide, ce qui est meilleur pour la digestion, la protéine est à 15.1, la matière grasse 11.7 et il contient les acides gras essentiels, Linoléiques et Linoléniques, dans les proportions recommandées.

Si les données sont exactes comme le montre l’analyse faite ci dessous par une entreprise, il est à noter cependant que le laboratoire cité n’a mis aucune source disponible en ligne sur cette analyse d’échantillon.

La panse verte contient également du Lactobaccilus acidophilus, une bactérie lactique qui est le principal composant des probiotiques. Toutefois cette bactérie aide à la digestion des sucres qui ne sont pas présents dans une alimentation crue comme le Prey Model. Si tous les enzymes, « jus » gastriques et les acides aminés aident à la digestion du ruminant, ils n’aident pas la digestion du chien. En effet les enzymes se dégradent en présence d’oxygène. Dès lors la panse verte ne peut pas être considérée comme un aliment probiotique à moins de la donner sitôt l’animal abattu.

Enfin de par son aspect caoutchouteux la panse verte aiderait également au détartrage

 

 

Ou ici

 

La panse verte dans l’alimentation des chiens … et des chats … et des furets.

En France, il est impossible d’en trouver via les filières classiques (bouchers), à cause des normes sanitaires qui précisent  » Les produits tripiers blancs nécessitent une préparation plus ou moins importante à l’abattoir et sont vendus échaudés et blanchis, voire demi-cuits, ce qui leur donne une couleur blanc ivoire. Ils regroupent principalement l’estomac, les pieds, les oreilles, les mamelles et la tête de veau. » (source)

Pour avoir confirmation de cette impossibilité de trouver de la panse verte en boucherie, j’ai contacté la DDPP (cliquez sur l’image puis le format de l’image pour l’avoir en taille réelle)
Voici la réponse :

Les boucheries ne peuvent pas recevoir des abats blancs qui n’ont pas subi avant leur commercialisation un traitement thermique pour les blanchir, car du fait de leur localisation anatomique mais aussi par leur composition, ceux-ci n’ont pas la même qualité que les viandes. En conséquence, je ne peux que confirmer qu’aucun boucher ne doit être en mesure de vous fournir ce type de produits.

Mais vous pourrez en trouver congelée et entière sur certains sites spécialisés.

On lit souvent à tort que la panse verte n’est pas bonne pour les chats ni les furets, car elle remplace les fruits et légumes.
En me penchant sur plusieurs sites américains, j’ai visionné des vidéos de loups mangeant des proies, et tout ce que j’ai pu lire mènent à la même conclusion : la panse verte se donne vidée de son contenu et rincée à l’eau claire pour la débarrasser des restes de végétaux ou de terres, sable petits cailloux qu’elle pourrait contenir. Elle contient de nombreux nutriments qui sont également bénéfiques à votre chat ou votre furet.

Parmi les articles que j’ai consulté, un livre a attiré mon attention : “Les loups” de L.David Mech, zoologiste américain expert des loups et Luigi Boitani biologiste italien et directeur du Département de Biologie Animale – Institut de Zoologie à l’université La Sapienza de Rome. Voici un extrait du livre (consultable et téléchargeable gratuitement) :

Vous seriez tenter d’objecter que les chiens domestiques ne sont plus des loups depuis longtemps, et vous n’auriez pas tort.

Et en cherchant plus avant j’ai trouvé quelques images intéressantes sur ce blog, notamment les photos de 6 à 11, qui me confortent dans l’idée que le contenu est inutile.

 

Les quantités

En matière de panse verte il existe un grand flou sur comment la donner et en quelle quantité.
Certains en donnent à hauteur de 20 % de la ration quotidienne, d’autres la considèrent comme un abat et l’incluent donc dans la ration d’abats, d’autres encore en donnent l’équivalent de 2 rations journalières réparties sur la semaine et déduit de la ration de viande d’autres encore vont jusqu’à 4 rations complètes sur la semaine, mais la panse est riche en graisse et doit être ajouter aux rations avec raison. L’équilibre est important comme pour tout aliment.

La panse verte est intéressante pour un animal ayant besoin de prendre du poids, un chien de travail, ou encore, idéale pour des chiens ayant des pathologies rénales de par son ratio calcium : phosphore.

Pour rester dans un équilibre global je vous conseille donc de donner 1 ration complète de panse par semaine ou de l’inclure dans la ration quotidienne. Si vous donnez la panse verte quotidiennement il faudra alors la déduire de la ration de viande et os charnus (pour les raisons indiquées plus haut dans sa composition) et l’ajouter à hauteur de 15 % de la ration (le calculateur fera les calculs pour vous).

 

Les différentes couleurs de panse

Lorsque vous entrez chez votre boucher charcutier ou chez le tripier, on vous propose une panse lavée, blanchie par traitement thermique. Aux Etats Unis, comme en Grande Bretagne, ce traitement se fait également dans un bain chimique (souvent du chlore).

 

Panse blanchie

Mais la panse crue a également différentes couleurs. Voici un exemple que j’ai trouvé sur le site Bold Raw. Dans son article sur la panse verte l’auteure affirme que ces différentes couleurs sont en relation avec la couleur du pelage de la vache, sans toutefois citer de source.

However, it is 100% true that the color of the tripe is in direct relation to the outside appearance of the animal.  Black colored cows will produce tripe with a black surface color.  Reddish colored cattle will produce tripe with a beige/light brown color.  And brown cattle will produce brown colored tripe.

Traduction : Cependant, il est 100% vrai que la couleur des tripes est en relation directe avec l’apparence extérieure de l’animal. Les vaches de couleur noire produiront des tripes avec une couleur de surface noire. Les bovins de couleur rougeâtre produiront des tripes de couleur beige/brun clair. Et le bétail brun produira des tripes de couleur brune.

 

Toutefois aux regards des sources (2009) scientifiques (2017), il semble bien plus probable que la couleur de la panse soit liée au jus qu’elle contient et dont la couleur varie en fonction de l’alimentation

The ‘normal’ colour of rumen fluid is olive-green to greenishbrown with a sweet and fermentative smell (often described as aromatic and non-repellent). This partially resembles the composition of the diet. Cattle fed on maize silage or straw have yellowish to brown coloured rumen fluid. Cattle on pasture have green coloured rumen fluid. Cattle fed on high concentrate rations often have olive-brown rumen fluid.
[…] Rumen fluid from a patient with lactic acidosis usually has a milky-grey colour and characteristic rancid/acidic smell
[…] The colour of the rumen fluid may also change due to diet (e.g. feeding beetroot results in reddish tinge) or iatrogenically (e.g. administration of activated charcoal results in black colouration or bleeding due to rumenocentesis results in reddish discolouration).

Traduction : La couleur  » normale  » du liquide de la panse est vert olive à brun verdâtre avec une odeur douce et fermentée (souvent décrite comme aromatique et non répulsive). Cela ressemble en partie à la composition du régime alimentaire. Les bovins nourris à l’ensilage de maïs ou à la paille ont un liquide de rumen de couleur jaunâtre à brunâtre. Le liquide du rumen des bovins au pâturage est de couleur verte. Les bovins nourris avec des rations très concentrées ont souvent un rumen de couleur olive-brun.
[…] Le liquide du rumen d’un patient atteint d’acidose lactique a généralement une couleur gris laiteux et une odeur rance/acide caractéristique
[…] La couleur du liquide du rumen peut également changer en fonction du régime alimentaire (par exemple, l’alimentation aux betteraves donne une teinte rougeâtre) ou iatrogène (par exemple, l’administration de charbon actif donne une coloration noire ou le saignement dû à une rumenocentèse donne une coloration rougeâtre).

 

 

 

La panse verte incriminée dans des cas de contamination bactériennes

En 2018 les campagnes anti cru se sont multipliées et certaines peurs ont été attisées. Un rapport d’une agence britannique de santé a rapporté 4 cas de contamination (dont 1 décès) par le STEC (E. coli productrices de shigatoxines) après avoir été exposé à de l’alimentation crue pour chiens. Or il apparaît que pour les 4 cas le dénominateur commun était … la carotte. En effet seuls 3 cas sur 4 ont été en contact avec des chiens nourris au cru et sur ces 3 cas, 2 chiens étaient nourris avec de la panse verte achetée chez le même fournisseur. Toutefois les analyses n’ont pas pu démontrer que la panse donnée au chien était contaminée. Bref tout le rapport pointe le doigt sur la panse verte crue et l’alimentation crue. Bien entendu les opposants au cru (dont des vétérinaires), se sont emparés de ce rapport pour ajouter de l’eau à leur moulin.
Un article publié par le Dr Conor Brady vous donne un autre éclairage de ce rapport et vous en donne un extrait croustillant  » En outre, un cas a eu un contact étroit avec un chien, notamment en lui brossant les dents avec sa propre brosse à dents. Ce chien avait également une alimentation à base de viande crue ».
L’article met également en lumière quelques données. Chaque année aux Etats unis, 48 millions de personnes souffrent d’intoxication alimentaire et 3000 personnes en sont mortes. Parmi les cas de Salmonelle, les fruits et légumes sont les deux principales causes de Salmonellose chez l’homme. (légumes 18%, fruits 12%, œufs 12%, poulet 10%, bœuf 9%, porc 8%) en raison de mauvaises pratiques de culture impliquant les déjections animales. En outre, les légumes à feuilles ont représenté plus du tiers des cas d’infection à E. coli. et les fruits, la moitié de toutes les maladies liées à la Listeria.

 

Sources

http://bovins-viande.reussir.fr/actualites/fonctionnement-du-rumen-le-bovin-et-les-micro-organismes-vivent-en-symbiose:27704.html
http://www.fao.org/docrep/w4988f/w4988f03.htm
http://www.la-viande.fr/animal-elevage/boeuf/rumination-chez-bovins
http://www.admirationwellness.com/greenTripe1of5.html
http://www.k9choicefoods.com/analysis.html
http://www.greentripe.com/index.html

© 2016 – 2019, Carole M.. All rights reserved.

Notez: Cet article a été protégé par le droit d'auteur. Voir copyright certificate

Les commentaires sont clos.