Les premiers pas dans le cru

Les premiers pas dans le cru

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

Voilà, vous êtes convaincu que l’alimentation crue est la meilleure option pour votre chat et vous êtes bien décidé à franchir le pas. Mais vous avez encore quelques questions pratiques qui vous taraudent avant de faire le grand saut. Cet article vous guide dans vos premiers pas, étape par étape.

PRÉPARATION, VOCABULAIRE ET CALCULS

Nourrir son animal au cru nécessite un peu de matériel :
– Un congélateur
– Une planche à découper
– 1 couteau bien affûté
– 1 paire de ciseaux à volaille ou un sécateur
– Des sacs de congélation réutilisable ou des boites
– Une balance de cuisine

Mais c’est aussi utiliser de nouveaux termes :
– Os charnu : os entouré de viande
– Broyé : alimentation industrielle hachée et broyée avec ou sans abats, avec ou sans os.

Avant de débuter : On pèse le furet et on calcule la ration.
Pour un furet adulte : 10% de son poids
Pour les furetons jusqu’ à un an : A volonté.

Le furet se régule très bien tout seul. Il peut avoir une prise de poids spontanée et normale en hiver, et une perte de poids spontanée et tout aussi normale en été. S’il laisse ou cache de la nourriture c’est qu’il a trop. A vous de déterminer la quantité idéale pour vos furets grâce à vos observations.

Si votre furet a besoin de prendre du poids privilégiez les viandes grasses
Si votre furet a besoin de perdre du poids, réduisez les portions.

Puis on débute le cru après le dernier repas du soir.

Jusqu’à 6 mois il est conseillé de débuter sur une ration complète avec viande blanche et rouge, os charnus et abats ou bien des proies entières et de garder les mêmes viandes et abats (ou proies) pendant 2 semaines.
Si le fureton vient à présenter des troubles digestifs, redémarrez les introductions une à une en suivant la méthode traditionnelle détaillée ci dessous.

LES INTRODUCTIONS 

Débuter par du poulet n’est pas une obligation. On peut démarrer sur de la caille ou du lapin

  • Etape 1 : première viande avec des os charnus (jour 1 à 5)
    On donne la ration préalablement calculée, composée de 70 % de viande (poulet ou lapin) et 30 % d’os charnus ( cous de poulet ou coffre de lapin). Il sera utile de répartir la ration en plusieurs repas (matin, midi et soir par exemple) car la viande est rapidement assimilée par l’organisme. Durant cette semaine il se peut que votre furtet ait des selles molles voire quelques selles liquides. Pas de panique c’est le changement d’alimentation. Cependant si après 48 h les selles liquides et trop fréquentes persistent, il se peut que votre furet soit intolérant à la viande que vous donnez. Une consultation chez le vétérinaire sera nécessaire. Les plâtres gastriques ne feront que masquer les symptômes.
  • Etape 2 : introduction d’une viande rouge (jour 5 à 10)
    On introduit une nouvelle viande, de préférence rouge petit à petit sur 5 jours en augmentant progressivement la nouvelle viande et en diminuant la précédente. On conserve les 30 % d’os charnus.
  • Etape 3 : introduction des abats (jour 10 à 20)
    Là les choses se corsent un peu car la ration change. On va prendre en compte la quantité d’abats et donc le calcul est modifié. On passe à 60 % viande + 30 % os charnu + 10 % d’abats. Dans ces 10 % d’abats on aura obligatoirement 5% foie et 5% d’un abat à votre convenance.
    On introduit un abat après l’autre sur 5 jours tout en conservant les nouveaux pourcentages.
  • Etape 4 : introduction d’autres viandes
    Durant les semaines suivantes, introduisez de nouvelles viandes ou des proies entières.
  • Etape 5 : le poisson
    Je vous conseille d’introduire des poissons entiers. Pour éviter des calculs compliqués, déduisez le poids du poisson de la ration viande + os charnus. N’ayez pas peur de la surdose de vitamine A (cf article sur l’hypervitaminose A)
  • Etape 6 : les œufs
    2 œufs de cailles avec ou sans coquille par semaine.

 

VARIANTE WHOLE PREY

On débute par une proie entière. Par exemple la plus classique, le poussin, que l’on coupe en morceaux pour les débuts
Tous les 5 à 7 jours, on introduit une nouvelle proie en gardant la base de la proie qui a été acceptée la semaine précédente.

 

EN BREF

Les compléments : on évite de les donner au début pour ne pas perturber la digestion. Par la suite, les compléments aident à remédier à un problème (comme le kéfir de lait pour ses vertus probiotiques en cas de diarrhée) mais ne sont absolument pas nécessaires si l’alimentation du furet est variée., notamment en proies
La taurine : indispensable à la santé de votre furet, il est important que la gamelle contienne du cœur ou de la cervelle ou des petites proies entières où la taurine est présente en plus grande concentration.
La panse verte : on pense souvent à tort que la panse verte ne doit pas être donnée aux furets car elle remplace les légumes. Or la panse verte ne remplace ni fruits ni légumes puisque elle se donne vidée de son contenu. Il n’y a donc aucune raison de se passer de cet aliment riche en nutriments pour vos furets.
Pour les quantités : maximum 15 % de la ration.

 

LES PRÉCISIONS UTILES

– Pas de sanglier ni de porc de plein air pour cause de maladie mortelle (Aujeszky). Toutefois la France est indemme de la maladie depuis 2011 et les élevages ont l’obligation de tester leurs animaux.
– Pas de poisson du Pacifique (Cotes de San Francisco à l’Alaska). Ces poissons peuvent être contaminés par une bactérie occasionnant la Fièvre d’Elokomin. Sont notamment concernés : les truites arc en ciel, les saumons.
– Congeler les poissons 1 semaine avant de donner pour tuer les éventuels parasites.
– Les os crus charnus ne sont pas dangereux mais sont obligatoires pour l’équilibre phosphore calcium.
– La viande, le poisson et les abats sont toujours donnés crus.
– Toutes les céréales et féculents sont interdits.
– Pas de mélange cru et croquettes
– On fera attention de varier les proies au maximum que se soit au point de vue type (poussin, souris, rat, cailles, lapereau, sprat, truite etc), que du point de vue âge (raton, rat adulte, cailleteaux, caille adulte etc) .
Vous pouvez mélanger proies entière (whole prey model) et repas “décomposés” (Prey model)
– Un régime composé uniquement de poussins est déséquilibré.

© 2017 – 2018, Lilibulle. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.