L’alimentation du chien

L’alimentation du chien

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

Carnivore ou omnivore ?

Bien que domestiqué depuis plus de 30.000 ans, le chien n’en demeure pas moins un carnivore. Son nom scientifique : Canis lupus familiaris nous indique clairement sa parenté avec le loup. Chiens et loups gris sont tellement proches qu’il y a seulement 0.2 % de différence entre leur ADN. En comparaison l’ADN du loup gris et du coyote diffère de 4 %.  (Source) De nouvelles études tendraient à indiquer que loups et chiens partageraient un ancêtre commun
Ci dessous la classification binomiale selon MSW :

2016-09-26-15_53_54-mammal-species-of-the-world-browse_-familiaris

 

Enfin une étude parue récemment revient sur l’évolution des régimes alimentaires. Ainsi les chercheurs inscrivent bien les chiens (et les chats) dans la catégorie des carnivores.
Cet article paru dans Trust My Science reprend de façon simplifié cette étude

 


La dentition

Le chien, à l’âge adulte, possède 42 dents : 20 à la mâchoire supérieure et 22 à la mâchoire inférieure :
– 12 incisives pour couper et rogner
– 4 canines pour attraper et déchirer
– 14 prémolaires ou précarnassières pour couper fortement
– 12 molaires ou carnassières pour broyer.

machoire chien

En comparaison, l’homme adulte possède 32 dents :
– 8 incisives
– 4 canines
– 8 pré molaires
– 12 molaires
dents-adulte-nom-a

 

 

Le système digestif

Contrairement à l’homme, le chien ne dispose pas d’enzymes digestives dans sa salive (amylase et cellulase) pour amorcer le travail de digestion. La salive est muqueuse pour faciliter la descente des aliments le long du pharynx jusqu’à l’œsophage, qui est distensible pour aider le passage d’un bol alimentaire volumineux.

Le système digestif du chien est court et simple (plus court que celui de l’humain) et aura besoin de 8 à 10 heures pour digérer une nourriture sèche industrielle contre 4 à 6 heures pour une nourriture carnée crue.
A l’inverse des herbivores (comme les vaches) qui peuvent produire des acides aminés en grande partie grâce aux milliards de micro organismes qui se trouvent dans leur long tube digestif et leurs nombreux estomacs, le tube digestif du chien, court et simple, ne permet pas de tirer profit de la synthèse des acides aminés par voie microbienne et par conséquent, nécessite des acides aminés préformés directement à partir de l’alimentation.

 

La digestion

Les amylases aident à la digestion de l’amidon et des autres glucides, et sont fabriquées par le pancréas. Une alimentation riche en amidon et autres glucides, comme les croquettes ou la ration ménagère, va peser de façon excessive sur les niveaux d’insuline qui vont mettre le pancréas à contribution de façon intensive. C’est pour cela que l’on dit que les céréales et l’amidon « fatiguent » l’organisme du chien (Source).
De plus ce même pancréas ne sécrète pas de cellulase pour diviser la cellulose en molécules de glucose.

Une expérimentation tendrait à prouver que les croquettes se digèrent plus vite que la viande crue, radios à l’appui. Or, pour être valide, cette expérience a négligé de nombreux points, qui, à mon sens, remettent en cause sa fiabilité.
En effet pour être considérée comme étude valable, il aurait fallu
– un panel de chiens et non pas le même chien
– constituer 2 groupes de chiens l’un nourri aux croquettes, l’autre uniquement au cru
– s’assurer que les chiens soit de même condition physique
– pratiquer les radios au même moment de la journée simultanément sur les chiens des 2 groupes.

Vous trouverez dans cet article sur la digestion, les mêmes doutes quant à la fiabilité de cette expérience

 

L’alimentation

Pour répondre aux besoins métaboliques et énergétiques du chien  vingt-deux acides aminés différents sont nécessaires. Cependant le chien ne peut en synthétiser que douze en interne. Il doit donc compter sur son alimentation pour obtenir les dix autres qu’on appelle acides aminés essentiels : Arginine, Histidine, Isoleucine, Leucine, Lysine, Méthionine, Phénylalanine, Thréonine, Tryptophane, Valine

Pour maintenir sa bonne santé, les protéines animales doivent constituer l’élément fondamental de l’alimentation de votre chien. De plus, ces sources de protéines doivent contenir un large éventail d’acides aminés, puisque que le système digestif et la santé de votre chien en dépendent.
Si on regarde le maïs que l’on retrouve fréquemment dans la nourriture industrielle, il ne fournit que quatre acides aminés sur vingt-deux. Ce n’est donc pas une bonne source de protéines pour votre chien et surtout cette source de protéine n’est pas biodisponible et peu digestible, malgré les campagnes publicitaires des géants du Petfood qui tendent à nous faire croire que leurs produits sont équilibrés et adaptés à nos animaux domestiques.

Les sources de protéines viables avec un support à large spectre d’acides aminés incluent le bœuf, le poulet, les œufs, le poisson, l’agneau, la dinde, le canard, le veau, le mouton et la chèvre et d’autres encore. Vous vous attacherez donc à donner au minimum

  • deux sources de viande rouge :  teneur en sodium et potassium modérée, faible en calcium, riche en fer grâce à sa teneur en myoglobine, en potassium, en zinc, en vitamines B6 et B12 et de manière générale, plus riche en vitamines hydrosolubles
  • une source de viande blanche riche en vitamine B3 (niacine), et en potassium.

 

Le régime primaire et le Prey Model

Dans leur milieu naturel, les carnivores sauvages qui se nourrissent de proies sauvages ont un régime idéal que l’on peut appeler le régime primaire. Composée de proies (exclusivement viandes »rouges ») qui ont accès au régime qui leur est destiné et donc nutritionnellement complet, les carnivores ont donc l’équilibre idéal en macronutriments ( protéines, graisses et glucides) et le contenu en micronutriments (vitamines, sels minéraux, oligoéléments) n’est pas altéré.
La proie sauvage est plus haute en protéines et moins riche en graisse (environ 50 % de moins) que les animaux d’élevage et l’équilibre entre acides gras insaturés, saturés et polyinsaturés est également différent des animaux d’élevage. Et parmi les animaux d’élevage, l’équilibre en acides gras essentiels est également déterminé par les méthode d’élevage.
Les poils et plumes ont également un rôle important dans le régime primordial.

  • Les plumes apportent du manganèse et des fibres et protègent les intestins des os pointus.
  • La peau, fourrure et plumes contiennent aussi de la kératine qui est une protéine structurelle qui protège les cellules épithéliales qui tapissent les organes et vaisseaux sanguins.

La kératine est aussi essentielle pour la santé de la peau qui contient aussi de la vit D. Or les animaux élevés en hangar sont déficients en vit D.
Ceci pose problème car le chien en a besoin via son alimentation car il n’a plus la capacité de produire la sienne depuis le soleil.
La raison vient du fait que ses ancêtres chassaient des proies vivant en pleine nature et donc riches en vit D. Par conséquence, ils n’avaient pas besoin de gaspiller des enzymes et de l’énergie pour  fabriquer la vitamine D, puisqu’ils la trouvaient dans leurs proies sauvages. Cette incapacité de synthétiser la vitamine D a perduré tout au long de l’évolution du chien jusqu’à aujourd’hui. Voilà pourquoi on doit l’apporter via l’alimentation.

Je vous invite donc à varier le plus possible les sources de protéines et à privilégier les viandes issues d’animaux nourris de façon naturelle en plein air dont le rapport omégas 3 / omégas 6 sera mieux équilibré.

Si le chien n’est pas un loup, son appareil digestif, lui, est celui d’un carnivore. La logique veut donc que le Raw Feeding (nourrir au cru), soit le régime alimentaire qui convienne à tous les chiens, en allant des races « miniatures » comme le Chihuahua par exemple, aux races géantes comme le Danois ou le Matin de Naples.

Dans la mesure où peu de raw feeders ont accès à des proies sauvages ou que les proies d’élevage ont un poids très largement supérieur aux besoins journaliers de la plupart des chiens, nous nous efforcerons donc de les reconstituer. Vous apporterez ainsi à votre chien tous les apports nutritionnels nécessaires à sa bonne santé.

Pour résumer les besoins de votre animal la gamelle sera composée :
– De 45 % d’os charnus adaptés à votre chien (ces pourcentages peuvent varier en fonction de l’aspect des selles)
– De 45 % de viandes blanches et rouges (ces pourcentages peuvent varier en fonction de l’aspect des selles)
– De 5 % de foie
– De 5 % d’un autre abat
– De poissons entiers ou en filet (à déduire de la ration)
– De proies entières ou des morceaux avec plumes / poils pour faciliter le transit
– De panse verte (facultative)
– D’œufs (facultatifs)

Vous vous attacherez à varier les sources d’abats, de poissons, de viandes et d’os charnus. N’oubliez pas que la variété est la clé d’une alimentation équilibrée

© 2016 – 2020, Carole M.. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.