Les femelles : de la gestation au sevrage des chiots

Les femelles : de la gestation au sevrage des chiots

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

La gestation 

La durée de gestation est approximativement de 63 jours à partir de la date d’ovulation.
Durant cette période, bien sûr la chienne va subir des modifications physiques et son alimentation va devoir être adaptée.
Si votre chienne est déjà au cru, vous n’aurez pas de gros changements à effectuer, mais plutôt quelques ajustements. Si votre chienne est nourrie aux croquettes et qu’elle est au tout début de sa gestation (jusqu’à 6 semaines), il est temps de changer son alimentation. Mais attention, pour elle, pas de jeûne ! Donnez le dernier repas de croquettes le soir et le lendemain débutez le cru en suivant la « procédure habituelle », puis en introduisant les différentes viandes petit à petit.
Au delà de 2 mois de gestation, attendez le sevrage des chiots pour débuter la transition pour la mère et ses petits.

  •  Deuxième semaine de gestation :
    Diminuez la quantité de foie de moitié pour évitez un excès de vitamine A qui serait néfaste au bon développement des fœtus
  • Dès la troisième semaine de gestation:
    Privilégiez les viandes un peu plus grasses comme le canard et le mouton.
  • Quatrième semaine de gestation:
    Commencez à augmenter progressivement la quantité quotidienne pour atteindre 4 à 5 % à la fin de la cinquième semaine et reprenez la ration classique de foie
  • A partir de la sixième semaine de gestation:
    Vous pouvez augmenter les quantités graduellement pour atteindre 6 à 8 % de son poids de départ. Variez le régime alimentaire : bœuf, poisson, œufs et même la panse verte (20 à 25 % maximum en déduction de la viande et des os charnus). Commencez à fragmenter les prises journalières en 4 repas par exemple.
    Pour les abats privilégiez les organes filtrants : rate, rognons.
    Si la chienne présente des difficultés pour faire ses besoins, réduisez le pourcentage d’os charnus à 20 ou 25 % pour faciliter l’évacuation des selles.
    Ainsi le Dr Billinghurst écrit :

    to increase the amount of cooked vegetables while, at the same time, reducing the amount of bone content in her diet. This has a laxative effect on the dog, allowing her to fully vacate her bowels, facilitating more space for the pups and contributing towards an easier birth.

    … augmenter la quantité de légumes cuits tout en diminuant la quantité d’os contenu dans son régime. Ceci a un effet laxatif sur le chien, lui permettant de vider totalement ses intestins, en offrant plus d’espace aux chiots et en facilitant la naissance

    J’émets toutefois des réserves sur les légumes cuits.

 

La mise bas et la lactation

Après un effort qui aura duré entre 4 et 8 heures (parfois bien plus lors d’une première portée) et durant lequel vous aurez veillé à laisser de l’eau fraîche à sa disposition, votre chienne va avoir besoin d’énergie pour nourrir ses petits, surtout si le nombre de chiots est important.

Pour que la lactation se passe au mieux, vous devrez remonter le pourcentage d’os charnus que vous aviez baissé lors du dernier tiers de la gestation, afin d’éviter les risques d’éclampsie. Repartez sur les bases « classiques » à savoir 45 % d’os charnus, ou à ce que votre chienne avait avant et en début de gestation.
Allaiter une portée va générer un grand besoin d’énergie pour la maman, il est donc conseillé de lui donner sa ration  » à volonté » le premier mois de lactation. Ensuite vous réduirez ses rations en fonction de son appétit.

 

Lait maternisé

Il arrive parfois que l’on doive se substituer à la mère, et alors on se demande dans l’urgence quoi donner. Le lait de brebis est celui qui se rapproche le plus de la composition du lait de la chienne. Toutefois si vous ne pouvez pas vous en procurer, le lait de chèvre sera un substitut tout à fait acceptable.

 

On trouve sur le net de nombreuses recettes de lait maternisé maison. J’attire votre attention sur l’inutilité d’ajout de sucre (mélasse, sirop d’érable, miel, sucre blanc) ou de sel. On trouve de nombreuses recettes avec ajout de jaune d’œuf, celle ci étant la plus courante :  200 ml de lait de chèvre et 1 jaune d’œuf.
J’attire votre attention sur les possibles effets allergisants du jaune d’œuf, même bio.

Quant au lait maternisé, voici ci dessous la composition de 2 laits les plus vendus et je vous laisse juge

Lait Biocanina

 

Lait TVM

 

 

Le sevrage des chiots

A trois semaines, les chiots sont de plus en plus actifs et il est temps pour eux de goûter à autre chose que le lait de leur mère. C’est le début du sevrage alimentaire. Il se peut que votre chienne ait déjà commencé par elle même en régurgitant quelques morceaux de viande. Le programme ci-dessous est juste un exemple de ce qu’il est possible de faire. Bien entendu vous adapterez les étapes en fonction de vos observations et des chiots.

  • Trois semaines
    C’est le premier contact avec une alimentation solide. Débutez avec du poulet mixé, sans aucun ajout. Pas de lait de chèvre (sauf éventuellement pour aider au transit des chiots), ni œuf, ni miel ou tout autre « recette maison » :
    Jour 1 : une petite quantité en un repas de poulet mixé
    Jour 2 : 2 repas de poulet
    Jour 3 : 3 repas de poulet
    Jour 4 : 4 repas de poulet
    Jour 5 : 4 repas avec introduction d’une nouvelle viande que mange votre femelle et os mixés ou panse verte
    Jour 6 : 5 repas avec 2 viandes et os mixés (20 % d’os charnus pour commencer).
    Jour 7 : 5 repas et introduction d’une nouvelle viande sans oublier les os mixés. Les chiots tètent toujours leur mère en complément des repas solides. Surveillez les selles et donnez accès à une écuelle d’eau fraîche. Adaptez les quantités en fonction de ce que les chiots laissent ou non dans la gamelle.
  • Quatre semaines
    Durant cette semaine, vous allez augmenter les quantités de viandes et os mixés. Vous introduirez une nouvelle viande. Les chiots alternent tétées et environ 5 repas solides. En milieu de semaine vous ne mixez plus, vous coupez en morceaux.
  • Cinq semaines
    Vous augmentez les quantités de nourriture solide. En milieu de semaine (16 ème ou 17 ème jour de sevrage) vous introduisez les os charnus entier, comme les dos de poulet ou les cailles. Vous introduisez une nouvelle viande. Les tétées se font moins fréquentes.
  • Six semaines
    Les chiots peuvent désormais passer à 4 repas solides. Cette semaine sera celle de l’introduction des abats. Les chiots tètent encore.
  • Sept semaines
    C’est l’introduction du poisson et des œufs. Les tétées se raréfient.
  • Huit semaines
    Les chiots mangent désormais comme les adultes. Vous pouvez passer à 3 repas par jour. La mère ne les allaite plus mais le travail de sociabilisation se poursuit jusqu’à au moins 12 semaines.

 

 

Précautions

– Ne complémentez pas votre chienne en calcium
– Ne donnez pas d’huile de foie de morue

– Si vous souhaitez donner des mix de fruits et légumes, il vous faudra éviter certaines plantes et herbes

  • Pendant la gestation
    L’ortie : contenant de la sérotonine dans le dard urticant de ses feuilles et qui peut stimuler les contractions de l’utérus. Cependant elle a un effet galactogène intéressant durant la lactation
    Le persil : son principal principe actif l’apiol est connu pour ses propriétés abortives
  • Pendant la lactation
    Le persil : l’apigénine et la lutéoline présentes en quantités importantes dans ses feuilles sont facteurs d’une inhibition partielle de la prolactine, l’hormone responsable de la lactation

 

 

Image d’en tête : Crédit : FabioFilzi /E+/Getty Image Source

 

Source 1
Source 2
Source 3

Infos lait : 1, 2, 3, 4,

http://ansci.illinois.edu/static/ansc438/Milkcompsynth/milkcompsynthresources.html

 

© 2017 – 2018, Lilibulle. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.