5 idées reçues sur le cru

5 idées reçues sur le cru

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

De nombreux a priori perdurent concernant l’alimentation crue. Je vous propose de lister ici 5 idées reçues que l’on entend fréquemment et les arguments pour les contrer.

1 – L’alimentation crue est déséquilibrée
C’est faux. En donnant de la viande (blanche et rouge), des os charnus, du poisson et des abats, votre animal aura tous les nutriments nécessaires à sa bonne santé.

2 – L’alimentation crue est dangereuse en raison des salmonelles et autres parasites.
C’est faux. La salive des chiens (des chats et furets aussi), contient de la lysozyme, un enzyme « anti bactérien » ainsi que de la lactoferinne, une protéine ayant des effets bactéricides. De plus le système digestif du chien court, (celui du chat est plus court que celui du chien) la digestion de la nourriture crue rapide et le ph de son estomac acide, ne permettent pas aux bactéries ni aux parasites de s’installer.
Cependant, il faudra être prudent sur la fraîcheur des aliments avec des animaux au système immunitaire déficient.

3 – La viande crue donne des vers
C’est faux. En étant digéré rapidement la viande crue ne reste pas longtemps dans l’estomac, contrairement aux croquettes qui vont séjourner et fermenter plus de 12 h dans le système digestif. En cause, l’amidon et les hydrates de carbones qui ralentissent la digestion.
Bien sur certaines viandes et poisson contiennent des parasites, mais en achetant des viandes pour la consommation humaine et en congelant les viandes et surtout les poissons (cf article sur le poisson), les risques sont infimes.

4 – Les os crus sont dangereux.
C’est faux. Les os cuits sont friables et représentent un vrai danger, tout comme les os porteurs des gros mammifères et les os à moelle. Dans l’alimentation crue nous ne donnons que des os crus et charnus, c’est à dire entourés de suffisamment de viande. Ils sont nécessaires au bon équilibre de l’alimentation en apportant calcium et phosphore et ont un rôle anti tartre lors du broyage.

5 – Le cru rend agressif ou sanguinaire
C’est faux. Le chien ne fait pas la relation entre la cuisse de poulet qui se trouve dans la gamelle, et les joyeux volatiles qui caquettent dans votre poulailler. L’alimentation ne défini pas l’instinct de prédation. Un chien qui attaque un autre animal ou un être humain est un chien dont on doit « travailler » le comportement, pas la nourriture. Et dans la grande majorité des cas de morsures, c’est l’humain qui est responsable des comportements de l ‘animal.
Apprenez à déchiffrer les signaux qu’émet votre chien auprès d’un éducateur en positif.
Bien que les morsures fassent l’objet d’une déclaration obligatoire auprès des services compétents, on ne dispose que de peu d’informations concernant le nombre réel de morsures en France. Et en sachant que le cru reste encore une alimentation marginale, on est en droit de supposer que la plupart des morsures sont occasionnées par des chiens nourris aux croquettes, ou du moins avec une alimentation industrielle.
En passant au cru votre chien va peut être considérer cette nouvelle alimentation comme une ressource à protéger de ses congénères ou de vous. Si c’est le cas rapprochez vous d’un éducateur canin. Quoi qu’il en soit on ne dérange pas un animal en train de manger, peu importe les arguments mis en avant. Vous viendrez t’il à l’idée d’enlever la fourchette de la main de votre voisin de table au moment où il s’apprête à enfourner sa bouchée ? Non ? Alors pourquoi le feriez vous à votre chien ?

 

 

 

 

© 2016 – 2017, Lilibulle. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.